chambre_jardin___aout_2011__14_

Dans le très beau film "Un Dimanche à la Campagne" de Bertrand Tavernier, qui se déroule un peu avant la guerre 14, une des héroïnes, une jeune femme belle, active, moderne (elle a créé une boutique de brocante et de fripes très mode, conduit une automobile...bref, une "femme libre") traverse la vie comme une tornade à la recherche du bonheur. Mais le bonheur ne s'attrape pas avec un filet à papillons...

"Quand finieras-tu d'en demander toujours plus à la vie, Irène" lui souffle à la mémoire, si ce n'est à la conscience sa mère défunte...

Pierre Rabhi, dans son manifeste nous soumet l'idée de la Sobriété Heureuse. Il parle de société de consommation, mais ne parle-t-il que de cela ?

La langue française n'a pas pour habitude de créer des mots à la légère. le mot Heureux existe (définition : Larousse : qui jouit du bonheur, qui est satisfait, qui exprime ce bonheur ). Mais quel est le contraire du mot "bonheur" ? inheureux ? anheureux ? ... Non.  Dans la langue française le contraire de "heureux" est "malheureux", c'est à dire MAL-heureux.  

Quand la Sophrologie Caycédienne®  nous entraîne à vivre notre relaxation de façon dynamique, ne nous demande-t-elle pas d'arrêter de vouloir toujours plus et d'attendre passivement ? La dynamique c'est aller chercher dans les profondeurs de notre Etre, cette capacité que nous avons à vivre pleinement en conscience ? Comme l'indique si bien notre langue française, il n'y a pas d'être non heureux, il n'y a que des êtres mal-heureux. Ce bonheur est là, est à notre portée. Ce n'est pas quelque chose que l'on vit de façon neutre.

C'est pourquoi la Sophrologie Caycédienne® n'est pas seulement "Relaxation", elle est aussi "Dynamique", parce qu'il s'agit d'une recherche de ce bonheur qui se niche, là, au creux de notre Etre et que nous avons la responsabilité de cet Etre.

Tous ceux qui pratiquent la Sophrologie Caycédienne®, savent combien la VIPHI (Vivance Phronique Isocay) aident à cette recherche.

Belle journée à tous

A bientôt

Frédérique